Politique

La journée internationale des femmes : une question d’interprétation

Par Annabelle Nakache - mercredi 15 mars 2017

La journée internationale des femmes : une question d’interprétation

 

L’année dernière, je me demandais comment il fallait fêter la journée internationale des droits des femmes, et après des heures de réflexion – et n’avoir reçu aucune proposition festive du côté de mes amies – j’en concluais que c’était la journée pour se rappeler du sort des femmes qui, dans le monde entier, galèrent plus que toi. Et y en a un sacré paquet ! Big up girls, je vous dédicace ces mots.

 

Est-ce que, en un an, les choses ont évolué ? Oui. En bien ? À voir…

 

Ce qui est marrant avec le sort des femmes, c’est que c’est comme avec l’huissier. Tu fais des sacrifices, tu te serres la ceinture pour acquérir un droit, et on ne sait pas pourquoi un bouffon du gouvernement ou un extrémiste vient défoncer ta porte, un jour, sans raison pour te le reprendre : droit à l’avortement, droit de s’habiller comme on veut, droit de se balader les cheveux à l’air, droit de s’assumer… Il ne se passe pas un jour sans que je n’ai envie de rire en lisant une info pathétique concernant les faveurs de notre joli monde réservées aux femmes.

 

Pas plus tard qu’il y a quelques jours, je me réjouis en apprenant que la marque internationalement connue Zero (change les voyelles et tu comprendras de qui je parle) fait une campagne avec pour slogan « Aime tes courbes » en mettant en avant deux mannequins aussi plates qu’un discours de François Hollande. Quelle hypocrisie. Merci les gars, de nous autoriser à nous aimer comme on est : avec nos rondeurs.

 

zara-Femmes-JewPop

 

Est-ce qu’on voit les mêmes pubs pour les hommes : « Assume ta brioche, ta calvitie, tes boutons, tes poils dans le dos…. » ? C’est une idée. En tout cas, visiblement va falloir revoir la définition de courbe. Et voilà la vraie question du problème. Pourquoi les femmes, à plus ou moins grande échelle, ne sont pas traitées comme elles le devraient ? Si tout cela n’était qu’une question de définition ou plutôt d’interprétation : interprétation de la religion, interprétation de la notion d’égalité, interprétation du mot respect, interprétation de ce qu’est une femme…

 

Fermer sa gueule et s’adapter au bon vouloir de l’homme.

 

 

On résume toujours la femme à « comment elle doit se comporter ? ». Donald Trump, version plus fluo et flippante que son cousin Ronald McDonald, demande aux femmes avec qui il travaille de « s’habiller comme des femmes ». Alors encore une fois, selon l’endroit où on se trouve, ça ne veut pas dire la même chose. Selon lui c’est être sexy, en jupe et en talons. Selon les hommes d’autres pays, c’est être voilée des pieds à la tête. C’est très différent comme définition mais ce qui relie les 2, c’est que la femme doit fermer sa gueule et s’adapter au bon vouloir de l’homme.

 

Ça me fait penser à cette fameuse vidéo des années 50, en Egypte, où Nasser explose de rire parce que les Frères musulmans lui réclament d’imposer le port du voile aux femmes dans tout le pays. Cette vidéo est devenue culte, elle date d’il y a 70 ans et on rêverait d’avoir la même défense de la liberté aujourd’hui. Quand il voit ce qu’est devenu le sort des cheveux des femmes dans son pays, le pauvre Nasser doit se retourner dans son sarcophage.

 

 

À quand un gouvernement de femmes extrémistes qui exigeraient des hommes qu’ils se promènent à 4 pattes en strings les jambes écartées sur des patins à roulettes ? Oups je m’égare… Enfin presque puisque c’est la tenue des femmes dans la dernière campagne que vient de sortir la marque qui prône l’élégance à la française, j’ai nommé Yves un peu malsain Laurent… Je vous l’ai dit, je rigole tous les jours.

 

ysl-femmes-JewPop

 

Pour le coup, comment doit-on interpréter les paroles du polonais Janusz Korwin-Mikke, qui a dit très récemment devant tout le parlement européen qu’il était normal que les femmes soient moins bien payées « parce qu’elles sont moins intelligentes, plus faibles et plus petites ? » C’est moi, ou il a les arguments d’un enfant de 8 ans qui « aime pas les filles ».

 

Pour l’argument « plus faibles », mets au monde un enfant en poussant comme un malade pendant 18 heures, fais toi défoncer la « petite fleur » au forceps, ne dors pas pendant des heures pour nourrir ton bébé, subis les discriminations, bosse encore plus dur que le sexe opposé pour prouver que tu es compétent, occupe-toi de ton foyer, de ta femme et de tes enfants, le tout avec enthousiasme et sensibilité, on reparlera du mot faiblesse. La force, ce n’est pas seulement soulever de la fonte. Encore une question d’interprétation !

 

Pour l’argument « plus petites », des mecs comme Sarkozy ou Hamon seraient contents de savoir que le salaire est désormais proportionnel à la taille. Pour l’argument « moins intelligentes », mon cerveau n’est pas assez développé pour trouver le bon contre-argument, je ne suis qu’une femme après tout.

 

19%

 

En parlant de salaire, en France, en moyenne, l’écart entre celui des hommes et des femmes est de 19%. Ca veut dire quoi : qu’on a 19% de cerveau en moins ou que les hommes ont une partie de leur anatomie supplémentaire de 19% ? Quelques centimètres tout au plus, mais 19%, permettez-moi d’en douter. Je reste perplexe. Perplexe c’est trop compliqué dans la bouche d’une femme. Traduction : Moi pas comprendre !

 

Puisqu’on en est à parler du corps, les femmes n’ont toujours visiblement pas le droit d’en disposer.

Tu le montres pas assez, c’est pas vendeur.
Tu le montres trop, c’est racoleur.
Tu l’offres pas, t’es une sal***.
Tu l’offres, t’es une sal***.

 

bitch-JewPop

 

Le droit à l’avortement est sans cesse remis en question dans les pays qui y ont droit, et je ne parle même pas de ceux où c’est totalement interdit. Une des premières mesures de Trump : supprimer les subventions pour les associations qui aident les femmes à avorter. Ben alors Donald, tu veux bien nous « grabber by the pussy » mais tu veux pas en assumer les possibles conséquences. On ne dispose pas de notre corps, par contre, les hommes eux ont toujours le droit à disposer de leur entrejambe pour te féconder, et de leurs jambes pour se barrer en cas d’arrivée de bébé. Qu’est ce qu’on aurait comme débat si c’était l’homme qui devait assumer l’enfant… ? Encore une fois, je reste perplexe… Euh pardon, moi pas comprendre.

 

On a quand même fait une belle avancée cette année grâce à la Russie, qui a dépénalisé les violences conjugales. Donc là on est à égalité, ton mari peut te taper mais toi aussi tu peux le taper… Elle est pas belle la vie ? A côté de ça, la dépénalisation du cannabis que réclament certains français, c’est de la gnognotte !

 

Le respect, tu sais ce que ça veut dire… ?

 

Moi, par exemple, je croyais que j’étais une femme « normale ». Je suis née fille dans une famille ouverte d’esprit, où les femmes n’ont jamais été considérées de façon différente des hommes. Essaie d’emmerder ma mère, petite blonde d’1m60, et tu verras que chez nous, vaut mieux pas essayer de nous manquer de respect. Je fréquente qui je veux, sors quand je veux, m’habille comme je veux, couche ou pas avec qui je veux…

 

Je fais le métier qui me plaît : faire rire les gens. Oui même s’il paraît que c’est un métier d’homme… Encore une question d’interprétation. Pour certains religieux, une femme ne devrait pas se donner en spectacle ainsi et susciter de telles émotions… Pour d’autres machos, une femme c’est pas fait pour être drôle. Mais je m’en fous, je fais quand même ce que je veux, j’y ai droit.

 

Sardon-Femmes-JewPop

 

En France, la majorité des femmes, réclament « seulement » le droit à la parité, à l’égalité salariale, à plus de respect, à jouir de notre corps comme bon nous semble et à jouir tout court. Oui, on est tellement privilégiées qu’on peut se permettre le luxe de réclamer le droit au plaisir. Je pensais que c’était la normalité.

 

Pour des millions de femmes dans le monde et même dans notre pays, la priorité c’est d’avoir le droit à tout le reste et surtout celui d’exister. Ce qui nous paraît normal n’est rien d’autre que la chance d’être nées au bon endroit. Alors profitons pleinement de cette chance pour nous épanouir et cela rejaillira bien sur nos sœurs du bout du monde ou tout simplement du quartier d’à côté.

 

Le 8 mars, c’est la journée internationale des droits des femmes, mais tout le reste de l’année devraient se tenir les journées du respect. Le respect, tu sais ce que ça veut dire ou il te faut un interprète ?

 

Annabelle Nakache

 

Annabelle est comédienne et se produit  tous les samedis à 21h30 au Théâtre Le Lieu, 41 rue de Trévise à Paris, dans son one woman show « Annabelle est Comic Woman » (lire son interview sur Jewpop ici).

Réservations sur billetreduc.com

 

© photos et visuels : Zara / YSL / Le tampographe Sardon / DR

 

Article publié le 8 mars 2017. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2017 Jewpop

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer