Homepage Mise en avant

Les 3 profils qui ont failli me faire quitter Facebook

Par The SefWoman - dimanche 18 septembre 2016

Les 3 profils qui ont failli me faire quitter Facebook

 

Facebook est un endroit formidable. On y croise des copains, des ex, des amis d’enfance oubliés, de vagues cousins mais aussi de vrais connards. Tu peux tout mettre au féminin, je ne suis pas sectaire. Mes coreligionnaires adorent Facebook, ils y passent des plombes. Pour le meilleur, mais malheureusement pour le pire.

 

 

La complotiste

 

Elle pense qu’on nous cache tout, on nous dit rien. Elle a envoyé  à tous ses amis le lien de la vidéo du mec qui marche 10 heures avec une kippa dans Paris. Quand tu émets des réserves sur le procédé, elle te traite d’antisémite. Tu as beau rétorquer que tu es juif, Elle te répond «c’est pas antinomique». Sa dernière marotte : Lassana Bathily, l’homme qui a caché des clients d’Hyper Casher. Elle, elle sait que c’est «une supercherie». Ses arguments sont aussi bancals et confus que Michel Sapin qui nous parle des chiffres du chômage. Pendant qu’elle balance ragots et autres rumeurs « jamais relayées par les médias », elle t’envoie un lien pour faire traduire en justice tous ceux qui émettent des doutes sur la culpabilité des frères Kouachi.

 

Le lanceur de chaîne de tehilim

 

C’est simple, il ne connaît que des gens malades ou sur le point de décéder. D’ailleurs moi, si j’étais toi, je le virerais direct de mes amis. Ce mec fait plus de dégâts que la grippe. Il y a 15 ans, il t’alpaguait dans la rue devant la synagogue pour « faire minha, on est 9, c’est péché ! » (Bon, une fois à l’intérieur, tu te rendais compte que vous étiez… ben deux, lui et toi) aujourd’hui il te tague sur les cas désespérés. Toutes les histoires qu’il balance sur FB sont aussi atroces les unes que les autres. Le storytelling est bien rôdé et toujours le même : des gens entre la vie et la mort étaient en parfaite santé il y a moins de deux heures. Ils ont des enfants en bas âge. Bref, chacun de ses statuts est un mélange de «La Chèvre»,  «Loft Story» et «Le choix de Sophie».

 

La fille qui a paumé sa carte Vitale

 

Elle, pour résumer, t’as juste envie de l’appeler pour lui dire que : « Hey copine, moi j’ai pas fait médecine. Et ouvre ton portefeuille. Là, à droite, la petite carte verte et jaune, bingo ! Tu vas voir, c’est magique !». Non contente de perdre un temps précieux sur Facebook alors qu’elle devrait foncer consulter, la fille écoute et répond à tous les commentaires. Son fils s’est enfoncé un stylo dans l’oreille, elle prend le temps de répondre à une maman qui lui demande «la droite ou la gauche ?». Toi pendant ce temps-là, tu stresses devant ton smartphone en hurlant « mais putain, prends ta caisse, vite, vite ! ». Tu as droit à tous les symptômes. Fluctuations des températures, mais aussi couleur et consistance du caca. Le petit a fait pipi dans son lit, tu es prévenue en live, veinarde. Elle n’a rien posté depuis son message affolé voilà une heure ? Te bile pas, elle est enfin aux urgences. Elle pourrait profiter du temps en salle d’attente pour potasser son Bescherelle, mais non, elle préférera attendre la consultation pour poster : «Le médecin diagnostique un rotavirus, vous en pensez quoi  ?».

 

Voilà. Et j’ai été sympa, je t’ai pas parlé de l’oleh hadach qui ne comprend pas comment des juifs peuvent rester vivre en France. Pour lui, tu es une aberration, un peu comme Chantal Goya en première partie de Metallica ou un pot de pkaïla abandonné au milieu des promos de saucissons Justin Bridou. Chaque jour, il publie les données de l’antisémitisme. Ça te donne pas vraiment envie de quitter le pays, mais tu penses sérieusement à quitter sa liste d’amis. Tu le soupçonnes de ressentir une légère pointe de satisfaction quand la communauté pleure après l’Hyper Casher, faut dire qu’il a posté « Je vous l’avais bien dit ! Fuyez ! ». Ça te perturbe, tu en parles à la complotiste qui te réponds « Mais non, il est juif !», ce à quoi tu rétorquerais bien « C’est pas antinomique ».

 

The SefWoman

 

Ma philosophie se situe entre « A Kippour tout le monde pardonne, sauf moi » (Raymond Bettoun) et « Dieu n’existe pas, mais nous sommes son peuple » (Woody Allen)

 

 

Abonnez-vous au compte Twitter de The SefWoman

The SefWoman sur Facebook

Retrouvez toutes les chroniques de The SefWoman sur Jewpop

Acheter Je suis juive mais je me soigne, de The SefWoman (Editions Jungle) sur Fnac.com

 

© photos : DR

Article publié le 11 mars 2015. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2016 Jewpop