Homepage Mise en avant

Les 8 bonnes raisons
de participer à la campagne de crowdfunding Jewpop

Par The SefWoman - vendredi 21 octobre 2016

Les 8 bonnes raisons </BR>de participer à la campagne de crowdfunding Jewpop

 

On a longtemps résisté à la tentation de vous demander de l’oseille. Pourquoi ? La peur de participer au complot antisémite soralo-dieudonnesque selon lequel tous les juifs sont pétés de thunes. Et puis après des années de disette, on s’est dit merde y a pas de raison que les lecteurs disent non. Y a même 8 raisons de dire oui.

 

1 – Ça fait 15 ans que tu donnes à la campagne nationale pour la Tsédaka. Rappelle-moi la dernière fois que tu t’es marré en lisant leur newsletter ?

 

2 – Tu pourras frimer en prononçant le mot crowdfunding devant une assistance ébahie. Bon évidemment sauf ta mère, qui concluera ton explication par «franchement la pâtisserie ashkénaze ça vaut rien. Tiens ça me rappelle qu’il me reste des bouscoutous. Qui veut ?»

 

3 – Pour 10€ t’as plus rien. Tu peux à la limite acheter un schwarma pita à L’As du Falafel, mais franchement faire la queue 3 heures pour un sandwich avalé debout face à un lieu bondé où sont accrochés aux murs des vieilles vedettes de la chanson, autant tenter direct les Restos du cœur.

 

4 – Nous on te mentira pas : on affiche clairement la couleur. On a besoin de faire vivre le site. En contrepartie, on te promettra ni la santé, ni la réussite, ni un portait 2 mètres sur 2 de Baba Salé. Par contre pour ceux qui auront été les plus généreux, on a quand même prévu des petits cadeaux. Avec un premier prix de toute beauté. Une photo dédicacée d’Alain Granat au Pied de cochon le soir de Noël avec un grand responsable communautaire.

 

5 – Grâce à Jewpop, tu peux mater des filles à poils sans effacer ton historique de navigation.

 

6 – Autant te débarrasser de tes liquidités avant 2017. En mai Marine Le Pen arrive au pouvoir, nationalise les banques, les usines. Quand elle aura doublé le taux d’ISF et supprimé tous les avantages fiscaux, elle gèlera tous les comptes épargnes. Quoi j’exagère. De toute façon si c’est pas elle, c’est qui ? Sarkozy : tu recouches avec un ex qui t’as plantée comme une merde ? Ok je le note. La gauche tendance Hamon-Montebourg-frondeurs : je peux te dire que ça va ratiboiser sec dans les cheptels de Rolex. T’es cuit.

 

7 – T’as financé le 1er single de Grégoire sur MyMajorCompany et t’es échaudé. On te comprend. Au bout du 150ème passage de la journée de « toi+moi » sur NRJ, t’as voulu défoncer les vitres de RTL. Oui c’était la station la plus proche de ton bureau. On compatit et on te promet de ne jamais remporter une Victoire de la musique ou d’être invité de Vivement Dimanche.

 

8 – On a plus une thune : en fait soyons clairs, on en a jamais eu. Sefwoman, Sharon Boutboul : des militantes désintéressées. Faut dire qu’on est pas aidées par le Big Boss. La dernière fois qu’on a failli toucher une subvention, ça a viré au drame. Quand notre généreux donateur a demandé d’y aller mollo sur les femmes nues, Alain Granat a répondu : « Ça risque de pas leur plaire. C’est quand même mieux quand on bande, non ? ». Autant te dire qu’on attend encore le virement.

 

The SefWoman

PS : pour contribuer, ça se passe ici : https://fr.ulule.com/site-jewpop/

 

Ma philosophie se situe entre « A Kippour tout le monde pardonne, sauf moi » (Raymond Bettoun) et « Dieu n’existe pas, mais nous sommes son peuple » (Woody Allen)

 

 

Abonnez-vous au compte Twitter de The SefWoman

The SefWoman sur Facebook

Retrouvez toutes les chroniques de The SefWoman sur Jewpop

Acheter Je suis juive mais je me soigne, de The SefWoman (Editions Jungle) sur Fnac.com

 

© illustration de Une : Jonathan Demayo / Jewpop / DR

Article publié le 20 septembre 2016. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2016 Jewpop