Politique

Les dessous pas très propres de « l’affaire » Mohamed Saou

Par Alain Granat - vendredi 21 avril 2017

Les dessous pas très propres de « l’affaire » Mohamed Saou

 

Comment le site communautaire juif JForum et la militante laïque Céline Pina, ancienne élue socialiste du Val-d’Oise, ont contribué au lynchage sur les réseaux sociaux d’un référent du mouvement En Marche accusé à tort de connivences avec le CCIF et le PIR, et ouvert un boulevard au FN qui qualifie désormais Emmanuel Macron de « complice de l’islamisme radical ». Jewpop revient sur « l’affaire » Mohamed Saou avec de nouveaux éléments.

 

Le commentaire « off » tronqué d’Emmanuel Macron au micro de Beur FM, diffusé avant-hier sur les réseaux sociaux à propos de l’éviction du référent En Marche du Val-d’Oise Mohamed Saou, a déclenché une vague de 42 000 tweets. Jetant en pâture à la fachosphère et à tous les adversaires de Macron le nom d’un homme, mis en cause pour 6 publications sur sa page Facebook. Ces écrits sont certes déplorables, mais pas au point de les utiliser pour provoquer un tollé. Aucune preuve concrète de leurs conséquences néfastes sur le terrain n’a été avancée. Ils ne sont pas davantage passibles de poursuites judiciaires.

 

Le 12 mars 2017, le « portail juif francophone » JForum publie un article titré « Mohamed Saou, cadre de En Marche ou du CCIF ? », signé « Raynald Aymar, militant » et publié « avec l’autorisation » de cette personne par Solange Hendi, membre de l’équipe de JForum (aucun nom de responsable ou membre d’équipe n’apparaît par ailleurs sur ce site), qui publie essentiellement des articles repris d’autres médias, probablement sans leur autorisation.

 

Raynald-Aymar-Saou-JewPop

 

Cette tribune présente des copies d’écran de publications Facebook de Mohamed Saou, professeur d’histoire-géographie, datant de 2016, accompagnées d’un texte de « Raynald Aymar ». Qu’y voit-on ?  En août 2016, il critique la position de Manuel Valls sur le burkini. Le 21 juillet 2016, il publie un message après l’attentat de Nice, déplorant que «la communauté musulmane» soit devenue «plus que jamais, la cible de nombreuses personnes». En juin 2016, il soutient Karim Benzema, exclu de l’équipe de France de football en raison d’ennuis judiciaires et après avoir évoqué une «partie raciste de la France». En septembre 2016, après la publication par l’hebdomadaire Charlie d’une caricature sur les victimes d’un séisme en Italie, il écrit : «Je n’ai jamais été et je ne serai jamais Charlie». Au lendemain de la tentative de coup d’État en Turquie, le 16  juillet 2016, il fait état de son soutien au régime d’Erdogan, «quelqu’un qui a fait pour les réfugiés plus que tous les autres pays réunis». Au passage, un «à qui profite le crime» en «posant des questions» aux accents à la limite du complotisme. Et enfin, en septembre 2015, il a partagé un post Facebook du très controversé directeur du CCIF, Marwan Muhammad, sur un enfant syrien partageant un cookie avec des policiers bloquant l’accès aux migrants en Hongrie, comme l’explique Franz Durupt dans Libération.

 

Le jour de sa parution, cette publication n’a eu que très peu d’écho sur les réseaux sociaux. Mais c’était avant que Céline Pina s’en mêle. « Raynald Aymar » (un pseudonyme) est l’un de ses amis militant laïque, qui explique, dans l’article publié par JForum, soutenir « un candidat de Sens Commun (ndlr : groupuscule ultra-conservateur issu de La Manif pour tous et proche de François Fillon). Notre anonyme chasseur d’islamistes confie ses captures d’écran des posts Facebook de Mohamed Saou à JForum  et à Céline Pina, qui contacte le 13 mars Benjamin Griveaux, porte-parole de En Marche, pour lui signaler la présence d’un dangereux adepte des thèses du CCIF et du PIR au sein du mouvement d’Emmanuel Macron.

 

Celine-Pina-JewPop

 

Constatant que sa démarche reste sans effets, Céline Pina, très suivie sur les réseaux sociaux, publie le 5 avril sur sa page Facebook des copies d’écrans de posts de Mohamed Saou, le qualifiant de « fervent admirateur de Marwan Muhammad » et d’«islamisto-servile». Son post est repris le jour même par le site d’extrême-droite identitaire Fdesouche. Mohamed Saou apprend qu’il est démis de sa fonction de référent le lendemain. Le 6 avril, son nom est cité par Barbara Lefebvre, professeure d’histoire-géographie et soutien de François Fillon, face à Emmanuel Macron dans l’Emission politique sur France 2. Une éviction qui constitue du pain-béni pour Marwan Muhammad, qui se console de s’être fait laminer par Sonia Mabrouk dans l’émission Salut les Terriens en apostrophant Emmanuel Macron, dénonçant à son tour le cas de Mohamed Saou « cible d’une chasse islamophobe ».

 

Entretemps, la journaliste Isabelle Kersimon enquête sur le sujet pour Le Lanceur, interviewant Mohamed Saou et publiant un témoignage édifiant de Jean-Laurent Turbet, directeur de cabinet du maire de Goussainville chargé de la sécurité, qui connaît l’intéressé de longue date et contredit totalement ce qu’affirme Céline Pina, ce que nous ont également confirmé plusieurs militants d’En Marche ayant travaillé à ses côtés durant la campagne.

 

Marine-Le-Pen-JewPop

 

L’histoire atteint son point culminant ce week-end, après la diffusion sur les réseaux sociaux du « off » d’Emmanuel Macron sur Beur FM, dont les propos, seront repris – tronqués – par Marine Le Pen, la fachosphère et tous les opposants au candidat. Depuis, Céline Pina, à la façon de l’arroseur arrosé, s’estime injustement victime d’une « attaque en règle »  en raison de sa publication. On a eu beau chercher sur Twitter, aucun hashtag #CélinePina n’est apparu, comparé aux dizaines de milliers de tweets qualifiant Mohamed Saou d’islamiste radical.

 

La militante s’est fendue avant-hier d’un post sur son compte Facebook « pour en finir avec la polémique Saou », où elle tente de minimiser ses propos envers ce dernier. Il ne serait plus un adepte des thèses du Parti des Indigènes de la République, juste un enfant de la République égaré dans une « zone grise » (!), qu’il conviendrait de faire évoluer (sic). Façon Pol Pot.

 

Celine-Pina-Saou-JewPop

 

Si tant est que la défense de la laïcité soit justifiée dans pareil cas, a-t-elle été le seul moteur du mystérieux ami de Céline Pina ? Les propos qu’il dénonce datent de l’an dernier. Alors comment a-t-il eu l’idée d’aller fouiner aussi loin dans l’historique du compte Facebook d’un inconnu nommé Mohamed Saou, à la recherche de propos « islamo-serviles » (pendant sado-maso de « juif de cour », selon notre journaliste en charge de la rubrique charme de Jewpop). Bref, si Mohamed Saou s’appelait Moïse Bénichou, ça pourrait passer pour une obsession antisémite.

 

Franny-Fisher-JewPop

 

Du côté de JForum, « Franny Fisher », qui a publié l’article, n’aime pas la pêche aux infos. Elle s’est contentée de nous répondre que « Raynald Aymar » était un ami… avant de bloquer Jewpop sur Twitter. L’article a même disparu du site hier sans aucune explication accordée aux lecteurs.

 

JForum-Saou-JewPop

 

Moralité : avec de tels ennemis, le FN, lui, a l’occasion de se faire de nouveaux amis. À quelques jours du premier tour de la présidentielle, c’est un beau cadeau offert à Marine Le Pen. Sinon, par curiosité, Jewpop a jeté un œil sur le compte Facebook de Moïse Bénichou. Il ne publie que des recettes de boulettes pour l’instant. Mais la surveillance va continuer, ça cache quelque chose de pas net. Et si ça se trouve, il connaît Mohamed Saou.

 

Alain Granat

 

 

Ndlr : les publications Facebook de Céline Pina, en raison de leur longueur, ne sont pas reproduites ici dans leur intégralité. Pour les consulter : la page Facebook de son auteur.

© photos et visuels : copies d’écran Facebook, Twitter, JForum / DR

Article publié le 17 avril 2017. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2017 Jewpop