Homepage a la une

Rabbins à Las Vegas

Par Sophie Taieb et Jackie Schwartz - mardi 23 février 2016

Rabbins à Las Vegas

 

Vous êtes à Las Vegas et votre budget a aussi vite fondu que la glace pilée des mojitos que nous avalons au petit dej de l’hôtel Paris ? Une seule solution : revenir dans le droit chemin grâce à un rabbin ! Mais lequel ? Nous avons organisé ce « rabbi-fight » pour vous dégoter le top du rabbin à Vegas. Celui que vous choisiriez aussi pour vous marier, si tel était le but de votre séjour à Sin City.

 

Première option, contacter le Chabad, deuxième option, trouver un rabbin « Jewpop ». En clair, aller voir un mec habillé en noir avec une barbe qui ferait plaisir à ta mamie, et un autre qui aurait besoin d’un séminaire de 8 mois pour avoir le droit de serrer la main de Joël Mergui (1). Le rendez-vous est pris avec Rabbi Shea Harlig, directeur du Chabad du Sud Nevada. Il nous accueille dans son bureau avec la porte toujours ouverte. Rabbi Shai, lui, nous accueille dans un café bobo où il a ses habitudes. Fraîchement débarqué de New-York, il est gay, et marié avec un mec qui bosse dans la mode.

 

Allô Rabbi bobo : à qui demander quoi ? Arriver du centre de Vegas au Chabad en taxi, c’est comme arriver à la… Mecque après un after sur la plage de Tel-Aviv. Tu attends Rabbi Shea Harling comme Lou Reed attend son dealer dans « I’m waiting For My Man ». Allume une clope devant les escaliers qui mènent à l’entrée, les rares mecs qui passent t’évitent du regard. T’as l’impression d’avoir un keffieh avec des fils électriques en guise de tefilines et d’être sur le point de te faire… sauter ! Qu’est-ce qu’il glande le Rabbin ? Quand il arrive, t’es tellement mal à l’aise que t’as envie de lui sauter… mais au cou ! Inutile, il ne te serre pas la main, mais rien que parce qu’il te dit bonjour et regarde dans ta direction, tu te sens mieux. Le Centre Chabad de Vegas, c’est comme le Club Med’, tu peux y faire ta vie sans jamais sortir. Il y a une grande salle de prière, une école, et même des chambres pour accueillir les visiteurs.

 

 

D’ailleurs, Rabbi Shea Harlig n’en sort jamais, et surtout pas pour aller sur le « Strip » qui abrite touristes, casinos et salles de jeux. Il vit à Las Vegas comme sur cette belle photo qui surplombe son bureau… Celle où il se trouve, enfant, au milieu d’une assemblée d’hommes tout habillés de noirs, avec Rabbi Menachem M. Schneerson (2). Rabbi Shea Harlig vit à Vegas en dehors de Vegas, il n’a jamais eu la télévision, n’a jamais été à un spectacle, n’a jamais eu d’amis goys, fréquenté une école en dehors de son mouvement, et élève ses enfants comme lui-même a été élevé. Racontez-lui que vous sortez avec une femme mariée, que vous êtes heureux de fumer ou de jouer au poker, il ne vous dira jamais ce qui est bien ou mal. Rabbi Shea Harling vit en autarcie, son seul contact avec Sin City se limite aux personnes qu’il a accueilli dans son centre. Tout perdu au casino, ruiné, plus les moyens de rentrer ? Le Chabad, c’est non seulement la garantie du judaïsme, mais il garantit aussi les Juifs. Juif et fauché, à Las Vegas, tout est possible ! Le Rabbin te remet dans l’avion ou dans le bus… pour te rapatrier chez toi. Mais il ne faut pas confondre assurance en cas de problème et charité chrétienne, si ça t’arrive une seconde fois, faudra trouver une autre solution.

 

 

Rabbi Shai peut-il être cette autre solution ? Déjà, il fixe rdv dans un café et pas à sa synagogue. Il prend un cappuccino en terrasse et nous en offre un. Donc, c’est déjà le bon cheval pour se faire payer des coups en cas de panne de CB. Il ressemble un peu à Elton John en plus grand et avec des cheveux. Il porte un costume à rayures et des grosses bagouses, mais ne chante pas. En revanche, il se présente comme le « physicien de l’esprit ». Il explique des trucs sur Maïmonide, seulement, comme c’est en anglais, difficile de suivre. Très bon pour se remonter le moral, ça donne l’impression d’être Madonna époque kabbale, période pré-islamique. Qu’est-ce qu’il peut faire pour nous ? Nous accepter en décolleté dans sa communauté, nous inviter à venir pour chabbat, et nous donner des conseils en look, puisque « son mari » bosse dans la mode. Avec Rabbi Shai, pas la peine d’être « shy », il est juif et homosexuel, être dans le camps des « minorités », il connaît. À contacter si t’as besoin de conseils mode, ou de connaître les bars et boites hype à Vegas. Mais ne va pas à sa synagogue pour pécho, y’a que des vieux. Si si, c’est Rabbi Shai qui le dit lui-même. Les jeunes se sont barrés, la plupart sont choqués parce qu’il est en couple avec un homme. Les vieux s’en fichent paraît-il. Bah ouais, c’est facile aussi d’être tolérant quand on n’a plus besoin de pécho.

 

 

Chiddoukh qui déchire : lequel choisir pour votre mariage ? Le mieux pour aller à Vegas, c’est donc d’avoir déjà trouvé sa moitié. Après, tout est possible. Au Chabad pour le mariage, c’est synagogue, dais, verre (vide le verre), mazal tov et ensuite, la boîte gay. Les mecs d’un côté, les femmes de l’autre. Rabbi Shea Harling ne pourrait pas se déguiser en Elvis même s’il le voulait, il n’a jamais entendu une chanson du King et ne sait pas à quoi il ressemble. En revanche, Rabbi Shai fait tout, mariage gays, hétéros, sur un rooftop, dans un casino, en plein désert, dans une piscine, et même… en tyrolienne ! Bon, le problème avec Rabbi Shai, c’est qu’il ressemble plus à Elton John qu’à Elvis. Pour faire dans la plus pure tradition de Vegas, c’est à tous les coins de rues. Pouvoir faire un mariage juif dans une chapelle, c’est le double-effet kiss cool, ça met la rage aussi bien à la mère qu’à la belle-mère. Avec un peu de chance, aucune des deux ne voudra venir. Mais pour un minimum d’organisation, il est préférable de s’y prendre 3 à 4 mois à l’avance. Un rabbin réclame 350$ pour se déplacer pour un mariage, et les autorités du Nevada une licence de 25$. Pour légaliser le mariage, il faut ensuite le faire valider au consulat de France à Los Angeles. Si vous ne parlez pas français, demandez Jean-Claude à la Graceland Wedding Chapel. Il officie à Las Vegas depuis plus d’une trentaine d’années, tout le monde le connaît. Depuis qu’il a quitté la France après Mai 68, il est devenu tellement ricain qu’il est aussi grand, beau et costaud que Gregory Peck ou Robert Mitchum. Ok, il ne vote peut-être pas Obama, mais il aime les Juifs comme seuls les super-chrétiens américains savent le faire. Il sera fier de vous marier, ça fait tellement de bien d’être le peuple élu pour quelqu’un d’autre que Dieudonné. En plus, Jean-Claude connaît Elvis.

 

 

And the winner of the Rabbi-Fight is Pour les départager, il faut bien faire un bilan.

– Look : si c’est un rabbin qu’il faut trouver, le leader du centre Loubavitch du sud Nevada est le meilleur. Shea Harlig, même avec 6 grammes d’alcool dans le sang, ça se voit qu’il est juif. Il a un chapeau noir et une barbe. Alors que Rabbi Shai, il n’a même pas de kippa. Enfin si, mais elle est dans sa poche parce qu’après il a un enterrement. Pourtant, son costard rayé serait plus apprécié à Deauville qu’à Bagneux.

– Conversation : là, le plus sympa c’est Rabbi Shai. Déjà, le rabbin qui te claque la bise, ça donne envie de se… Confesser ! T’as l’impression que tu pourrais même parler de mecs avec lui, puisqu’il sait de quoi il en… retourne. Pour Rabbi Harlig, il te demande si t’es mariée sans préliminaires. Ne lui dis jamais non, parce qu’après l’entretien, il t’envoie un chauffeur pour te raccompagner sur le… Strip (3). Sympa le chauffeur, il s’appelle Moshe et n’est effectivement pas très beau. Mais pour pécho, il raconte qu’il est pianiste de jazz. Si, si… T’as une super belle voix, si tu veux venir chez lui, il peut te faire enregistrer une chanson dans son studio privé, tu verras combien tu as un bel organe.

– Accueil : Rabbi Shaï paye sa tournée de capuccino dans un Starbucks Café amélioré, ok, c’est sympa, mais Rabbi Harlig t’invite carrément dans son bureau, et pas que… Au Chabad, tout est fait pour te faire oublier que tu es dans la ville de tous les vices. Le Centre est dans une zone pavillonnaire, sans un casino ou un bar à des kilomètres à la ronde, et pourtant il y aurait de quoi faire pour stocker les bouteilles de champ’… Dans la suite pour accueillir les visiteurs, il y a deux frigos… Le centre d’étude, le « Desert Torah Academy », est assez grand pour installer un sound system, et le Mikvegas est presque aussi cool que le jacuzzi de la suite du Tropicana (mais sans la baie vitrée). Le plus… dépravé des deux n’est peut-être pas celui qu’on croit. Pour vivre heureux, vivons ca$her !

 

Sophie Taïeb et Jackie Schwartz

 

Merci à XL Airways pour son concours au voyage de nos correspondantes à Las Vegas

 

 

Retrouvez les chroniques de Sophie Taïeb et Jackie Schwartz sur Jewpop

 

© photos : Sophie Taïeb

Article publié le 20 octobre 2013, tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2016 Jewpop

1) Président du Consistoire central 2) Leader du courant Loubavitch de 1950 à sa mort en 1994 (euh bah oui en fait il est mort) 3) partie sud du Las Vegas Boulevard qui abrite tous les plus grands hotels et casinos de la ville.

Infos Chabad of Southern Nevada http://www.chabadlv.org/ Rabbi Shai http://rabbishai.com/ Graceland Wedding Chapel http://www.gracelandchapel.com/ Joni, wedding planner joni@lvweddingconnection.com Tyrolienne http://www.flightlinezbootleg.com/. The New Tropicana Hotel http://www.troplv.com/