Cinema

15ème Festival du cinéma israélien de Paris, demandez le programme

Par Alain Granat - dimanche 19 avril 2015

15ème Festival du cinéma israélien de Paris, demandez le programme

 

Le 15ème Festival du cinéma israélien de Paris retrouve le Cinéma des cinéastes à partir du lundi 13 avril, pour une semaine riche en événements. La manifestation, dont la marraine sera l’actrice Elsa Zylberstein, présente, comme chaque année, une programmation qui permettra aux spectateurs de découvrir les facettes multiples d’un cinéma très divers et souvent audacieux, avec pour sa 15ème édition une place de choix faite aux réalisatrices. Jewpop vous présente ses coups de cœur.

 

Lundi 13 avril, c’est avec Fin de partie, de Sharon Maymon et Tal Granit que s’ouvrira le festival, en présence de l’un des acteurs du film et invité d’honneur du festival, le cultissime Zeev Revach. L’acteur d’origine marocaine rendu célèbre par les comédies “bourekas” de Boaz Davidson dans les années 70, y est extraordinaire en inventeur à la retraite, résolu avec sa petite bande de camarades septuagénaires à aider l’un de leur ami atteint d’une maladie incurable à abréger ses souffrances, en construisant une «machine à euthanasier». Une comédie noire sur le thème particulièrement sensible du suicide assisté, qui a conquis les critiques du célèbre magazine américain Variety par son humour décapant et sa profonde humanité, et a remporté plusieurs Ophir (oscars israéliens). A découvrir absolument avant sa sortie en salles le 3 juin.

 

 

Inédit sur nos écrans, on ne manquera pas Zero Motivation, de Talya Lavie, l’un des plus gros succès du box-office israélien de ces 10 dernières années.  M.A.S.H. à l’israélienne, le premier long-métrage hilarant et décapant de Talya Lavie se déroule dans une base militaire perdue en plein désert et suit la vie de 5 soldates au tempérament de glandeuses, et de leur officier femme qui s’évertue à les dresser. Zero Motivation a été primé pour le meilleur scénario au festival du cinéma indépendant de Tribeca, et sa réalisatrice comparée par la critique américaine aux frères Coen. What else ?

 

 

Parmi les longs-métrages présentés cette année, on pourra aussi découvrir Vallée, de Sophie Artus, couronné du Prix du meilleur premier film au Festival International du Film de Haïfa 2014, mettant en scène trois adolescents plongés dans la violence quotidienne d’une petite ville perdue dans le Nord d’Israël, ainsi que Manpower, de Noam Kaplan, dont l’histoire se déroule dans le cadre du quartier «Shapira» qui jouxte la gare centrale de Tel-Aviv, où se croisent travailleurs sans-papiers et israéliens. Un film politique et social puissant, dans la grande veine du néo-réalisme italien ou des oeuvres de Ken Loach. Ou encore La Pension Pracht de Tamar Yarom, tiré du roman «Une nuit et encore une autre» d’Aharon Appelfeld, qui se déroule dans les années 60, au sein d’une pension de Jérusalem, ambiance yiddishland garantie !

 

 

La clôture du festival se déroulera en beauté le dimanche 19 avril avec le très attendu Self Made de Shira Geffen, qui fut présenté également dans le cadre de la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2014. L’épouse de l’écrivain Etgar Keret (et sœur du chanteur Aviv Geffen), dont le précédent long-métrage, Jellyfish (Les Méduses), coréalisé avec son mari, avait remporté la Caméra d’Or à Cannes en 2007, risque fort de bousculer les certitudes de certains spectateurs. Deux femmes – une artiste conceptuelle israélienne à la limite du ridicule et une ouvrière palestinienne –, après une confusion à un checkpoint, se retrouvent à vivre la vie de l’autre. Le titre original, Boreg (en hébreu : baisée), plus éloquent que celui choisi pour la version anglophone, reflète mieux l’esprit du film, burlesque, kafkaïen, parfois à la limite du fantastique, empli d’humour noir et porté par les performances éblouissantes du trio d’actrices Sarah Adler (vue dans Notre musique de Godard, et épouse du réalisateur Raphael Nadjari) Samira Saraya et Na’ama Shoham.

 

 

Comme chaque année, la programmation du festival fait aussi la part belle aux courts métrages et aux documentaires, avec Le Prince vert de Nadav Shirman, portrait du plus célèbre espion palestinien, Mosab Hassan, retourné par le Shin Beth, la Sécurité intérieure israélienne, et dont le père avait cofondé le Hamas,  The Go-Go Boys de Hilla Medalia, qui retrace l’itinéraire fulgurant de Menahem Golan et Yoram Globus, producteurs israéliens devenus les rois d’Hollywood dans les années 80, alternant nanars absolus, blockbusters et films d’auteur, et le superbe Broken Branches d’Ayala Sharot, mixant documentaire et animation pour conter la vie de sa grand-mère, Michal Rechter, qui avait seulement 14 ans quand, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, elle quitta les siens en Pologne pour la Palestine. Quant aux fans de séries tv, ils ne manqueront pas les séances du 15 avril (14h) et 19 avril (16h) pour découvrir des épisodes de Les Shtisel-Une famille à Jérusalem, immense succès d’audience en Israël, qui a pour cadre la vie d’une famille Haredi (en prélude à sa sortie dvd et vod en France le 5 mai).

 

LES SHTISEL – UNE FAMILLE À JÉRUSALEM from Pretty Pictures on Vimeo.

 

 

Et comme chaque année, vous vous régalerez des rencontres-débats qui suivent les projections avec les réalisateurs et acteurs invités du Festival, qui ne manqueront pas de répondre à la traditionnelle question qui brûle toujours les lèvres d’un spectateur : « Vous ne trouvez-pas que votre film donne une mauvaise image d’Israël ? » (version 2015, ne manquez pas d’ajouter : « surtout en ce moment ! »).

 

Alain Granat

 

Les billets seront en prévente à partir du 8 avril 14h pour toutes les séances du Festival au Cinéma des Cinéastes. Billetterie ouverte tous les jours pendant la durée du Festival dès 11h00,  pas de réservation.

Tarifs :
Plein tarif : 10,00 €
+ de 60 ans, chômeurs, – de 12 ans, familles nombreuses : 8,00 €
Carte 5 places Festival : 40,00 €

Tout le détail de la programmation est disponible sur le site du Festival.

Cinéma des Cinéastes, 7 avenue de Clichy, 75017 Paris (M° Place de Clichy)

La page Facebook du Festival

© Photos : DR, Festival du Cinéma israélien de Paris

Article publié le 7 avril 2014. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2015 Jewpop