Cinema

« Ave César », l’orgie hollywoodienne des frères Coen

Par Alain Granat - mardi 1 mars 2016

« Ave César », l’orgie hollywoodienne des frères Coen

 

Après un Grand Prix du Festival de Cannes en 2013 pour Inside Llewyn Davis, les frères Coen reviennent à la comédie avec Ave César. Burlesque, parfois cruel et souvent délirant, cet hommage à l’âge d’or d’Hollywood sur fond de maccarthysme, reste teinté de l’humour très noir des frères Ethan et Joel.

 

George Clooney, Scarlett Johansson, Josh Brolin, Channing Tatum, Tilda Swinton, Ralph Fiennes, Jonah Hill… Le casting impressionnant d’Ave César est déjà source de réjouissance. Le nouvel opus des frères Coen nous plonge au cœur d’un studio hollywoodien au début des années 50. Eddie Mannix (Josh Brolin, impeccable toutes mâchoires contractées pour incarner ce personnage qui a réellement existé) est un « fixeur », rouage essentiel chargé de régler toutes les galères quotidiennes de Capitol, une MGM fictive. Et elles ne manquent pas, comme on va le constater en suivant deux journées et nuits éprouvantes d’Eddie Mannix.

 

Josh-Brolin-Ave-Cesar-JewPop

 

En un temps record, ce dernier doit à la fois obtenir l’accord des autorités religieuses (catholique, protestante, juive et orthodoxe) sur le scénario d’un péplum narrant l’histoire du Christ (emblématique séquence d’humour juif, digne de A Serious Man), gérer la grossesse inopinée d’une star de comédies musicales nautiques, persuader un réalisateur de mélos d’engager comme premier rôle un acteur de western incapable d’articuler la moindre ligne de texte, et surtout retrouver la star disparue en plein tournage dudit péplum, le tout sous la délicate pression de son épouse à qui il a fait croire qu’il arrêtait de fumer. Ouf !

 

Si Ave César ravira les cinéphiles pour ses brillantes séquences-hommages aux genres cultes d’Hollywood, de la comédie musicale au western, en passant par les péplums, ballets nautiques et autres comédies mélodramatiques, les fans des frères Coen regretteront sans doute la faiblesse du scénario au regard de films tels que Fargo ou Barton Fink.

 

Alden-Ehrenreich-JewPop

 

Reste une succession époustouflante de numéros d’acteurs qui se régalent visiblement, de Ralph Fiennes en caricature de réalisateur anglais homosexuel, à un George Clooney au look de Robert Taylor, impérial en star crétine, en passant par Scarlett Johansson vulgaire à souhait dans sa réincarnation d’Esther Williams blonde, Christophe Lambert hilarant en réalisateur suédois, Channing Tatum parfait en icône gay de musicals, et surtout, révélation du film, le jeune premier Alden Ehrenreich (repéré par Steven Spielberg dans… une vidéo de bat-mitsva !) dans le rôle de la star de western Hobie Doyle.

 

Ave César n’est certes pas une œuvre majeure dans la filmographie des frères Coen, mais la profusion de gags, de situations oniriques et de scènes virtuoses, lui donnent cet aspect foutraque qui fait tout son charme. À l’image de cet Hollywood mythique dont Ethan et Joel Cohen proposent une image acerbe, mais à qui ils rendent aussi un hommage empli d’affection.

 

Alain Granat

 

La bande-annonce de Ave César

 

© photos : DR / Universal Studios

Article publié le 24 février 2016. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2016 Jewpop