Ils sont partout

Quand le MI5 enquêtait sur les origines juives de Charlie Chaplin

Par Alain Granat - lundi 19 décembre 2016

Quand le MI5 enquêtait sur les origines juives de Charlie Chaplin

 

 

Les célèbres services secrets britanniques MI5 ont réussi à casser les codes les plus complexes utilisés par les nazis pendant la Seconde guerre mondiale, mais n’ont jamais réussi à percer le mystère qui a toujours entouré les origines de Charlie Chaplin.

 

Des documents du MI5 récemment déclassifiés et versés aux Archives Nationales Britanniques nous apprennent qu’à la demande du FBI, qui suspectait Chaplin d’être un sympathisant communiste, une enquête avait été lancée avec pour principal objectif de démontrer qu’il n’était pas né à Londres en 1889, comme il le prétendait, et qu’il était Juif.

 

 

L’enquête démarra en 1952, alors que la « Chasse aux sorcières » lancée par le sénateur Mac Carthy battait son plein, et que le gouvernement américain venait d’interdire à Chaplin de rentrer sur le territoire des Etats-Unis. Le dossier sur lequel le MI5 allait enquêter était libellé « Charlie Chaplin, alias Israel Thornstein ». Ce n’est qu’en 1958 que les services secrets britanniques conclueront que Charlot n’est pas une « menace » pour le « monde libre ».

 

Les rumeurs qui courent sur les origines juives de l’acteur ont été largement propagées, tant par des antisémites que par la communauté juive américaine, une encyclopédie juive datant de 1948 citant déjà ce nom d’Israel Thornstein comme le « vrai » nom de Chaplin. Ce dernier a par ailleurs toujours délibérément entretenu la légende, estimant, à juste titre, que réfuter la rumeur de sa judéité revenait à faire le jeu des antisémites qui la propageait.

 

 

Alors Chaplin, juif d’origine russe, allemande ou même français, suppositions sans  preuves matérielles figurant dans le dossier du MI5, quelle importance ? La famille du génial réalisateur a même produit une lettre, trouvée dans un coffret lui appartenant, mentionnant les origines gitanes de sa grand-mère maternelle… Celui qui incarne à jamais le petit barbier juif du « Dictateur » s’est toujours déclaré agnostique, n’en déplaise à ceux qui voulaient voir en Charlot un « juif communiste ».

 

Alain Granat

 

© photos : DR

Article publié le 17 février 2012. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2014 Jewpop