Music

Diwon : Dieu, donnez-lui des platines, il en fera de l’or

Par Jackie Schwartz - mercredi 13 novembre 2013

Diwon : Dieu, donnez-lui des platines, il en fera de l’or

Beastie Boys, Drake, Lil Dicky… Encore un juif qui fait du hip-hop ? Normalement ils sont censés chanter à la synagogue, même que ça s’appelle un « Hazan ». Enfin il paraît… Vu le nombre de mes ancêtres déportés, mes grands-parents m’ont interdit d’y mettre un pied au risque de me faire exterminer par les nazis. Alors, pourquoi les Juifs aiment-ils autant le hip-hop ? Ils sont déjà Juifs, et en plus ils veulent qu’on les prennent pour des Noirs ? La question plairait à Dieudonné… Et si, avec son 1er album solo « New Game », Erez Safar, aka Diwon, nous aidait à ne pas y répondre ?

 

 

Diwon, il serait pas un peu métèque ?

Oui, ok, l’intro de son album « New Game » à des relents de « Ham » (jambon en français, un titre de Jay-Z et de Kanye West), mais pourtant le vrai nom de ce DJ, Erez Safar, laisse peu de doutes sur ses origines. C’est certain, du jambon, lui n’en mange pas. Diwon a une barbe sur la photo de couverture de son album. Non, ce n’est pas (seulement) parce que c’est un hipster, c’est aussi un juif orthodoxe qui a grandi entre le Maryland et Brooklyn, pour terminer à Los Angeles. Moitié yéménite, moitié ashkénaze, parfaitement Juif, il fait même dans le « shmattes », puisqu’il a créé ses keffiehs en 2010, l’Israeli-keffiyeh. Tant qu’à Yasser des affaires, autant qu’elles soient prospères… Le « Semic Swag » serait-il l’avenir du talith ?

 

 

Diwon contrôle-t-il les médias ?

DJ Diwon a commencé par se faire connaître sur la radio du campus de l’Université du Maryland. En 2007, il a été classé parmi les 50 personnalités juives les plus influentes par The Forward et a fait la Une du Jerusalem Post. Il faut dire qu’avant de sortir « New Game », son premier album solo, Erez Safar a su passer avec succès tous les check-points. Remix des XX ou de Lana Del Rey, collaborations avec des artistes tels que Lou Reed, Matisyahu, Idan Raichel… Pas la peine de le faire « chanter », vous ne le trouverez pas. Avec son 1er album « New Game », il vous faudra « composer » avec Diwon puisqu’il est partout… Saurez-vous le reconnaître dans son clip ?

 

 

Diwon, un alter-mondia’zic’ ?

Si Jose Bové va casser du McDo pour défendre le bio, Erez Safar, lui, trempe ses frites dans le houmous pour défendre le… Show ! Le punk klezmer, l’électro, le hip-hop, tout au long de sa courte mais « dance » carrière, Erez Safar a navigué entre ses racines juives et la modernité. En 2005, il n’a que 26 ans quand il lance son Sephardic Music Festival avec succès près de New-York. Alors même s’il n’y a finalement pas grand chose de séfarade dans son premier album solo, vous en reprendrez bien une bouchée. Aucune concession possible, puisque le terroir de Diwon, n’a pas de frontière, c’est celui de… la fête accomplie !

 

Jackie Schwartz

Retrouvez toutes les chroniques de Jackie Schwartz sur Jewpop

Découvrir l’album de Diwon « New Game »
http://bancs.bandcamp.com/album/new-game

Pour plus d’infos (en anglais)
http://erezsafar.com/

 

© photos : DR

Article publié le 6 novembre 2013. Tous droits de reproduction et de représentation réservés © 2013 Jewpop