JDate

Charme

James Deen, le nice jewish boy du porno

Par Josee Benazeraf - Vendredi 8 mars 2013

James Deen, le nice jewish boy du porno

 

 

Les adolescentes et les jeunes femmes américaines l’adorent. James Deen, de son vrai nom Bryan Rothstein, est un juif californien. Et aussi la nouvelle star masculine d’un porno nouveau genre, dénommé « le porno que les femmes aiment ».

 

 

 

Il pourrait être votre petit copain, votre voisin de palier, ou votre gendre idéal. Sauf que dans ses films, James Deen vous prendrait en brouette norvégienne après s’être tapé votre fille en trip bondage quelques minutes auparavant. Physiquement, James Deen est cool. Aux antipodes des canons habituels de l’acteur de film X bodybuildé, sur-membré et au talent de comédien limité à une tirade du genre « Alors comme ça, tu as envie de faire du cinéma, petite cochonne ? ».

 

 

Si son patronyme rend hommage au rebelle mythique le plus gay de l’Histoire du cinéma, ce sont ses performances de hardeur hétéro qui l’ont propulsé au sommet de sa catégorie, depuis ses débuts voilà 8 ans. Acteur et souvent réalisateur de ses oeuvres, James Deen, âgé de 26 ans, a plus de 2000 films à son actif ! Si l’on devait comparer son succès avec celui d’une porn star française, ce serait bien avec le cultissime Alban Ceray, dont le vit traversa allègrement les années 70 et 80 pour le bonheur des spectatrices ébaubies par sa ressemblance avec Bernard Pivot, somme toute très rassurante. Sauf qu’Alban Ceray n’a pas le look d’un nice jewish boy. James Deen si.

 

 

Couronnement de son taux de pénétration élevé auprès du public féminin (son hilarant compte twitter  est suivi par près de 49 000 followers !), il a été choisi par rien moins que Breat Easton Ellis pour le rôle-titre du film The Canyon, dont l’écrivain vient d’achever le scénario, et qui sera réalisé par Paul Schrader (American gigolo). Du film de boules au film noir, James Deen réussira-t-il le grand écart ? Ellis explique l’avoir choisi, entre autres, pour son côté « mignon », et aussi parce qu’il est l’objet de tous les fantasmes des teenagers et des jeunes américaines, comme le fut jadis un autre nice jewish boy nommé Paul Newman. « James le membre chaud » prendra-t-il la relève de l’inoubliable interprète de Luke la main froide ? Réponse l’année prochaine sur vos écrans.

 

Josée Bénazeraf